Une grande silhouette au pays de Rabelais, pas gargantuesque pour deux sous, ni pantagruélique non plus d'ailleurs!... Gérard, si ce n'était sa casquette vissée sur son crâne, on le verrait volontiers coiffé d'un grand chapeau, en Don Quichotte du Véron. Il ne faut pas le prendre cependant pour une sorte d'idéaliste rêveur (même s'il rêve parfois d'un idéal meilleur!), qui s'attaquerait aux moulins à vent de la région, il garde les pieds sur terre, même si, à Thizay, il est au coeur du pays de Rabelais et que les plus proches communes sont Lerné et Seuilly (où se situe La Devinière, maison natale de l'écrivain). Cela ne parle qu'aux lettrés et/ou lecteurs du célèbre auteur tourangeau, puisque c'est de la première que partit l'armée de fouaciers du roi Picrochole, pour attaquer les bergers de la seconde, où se trouvaient les troupes de Grandgousier. La seule avant-garde, dit-on, "comptait seize mille quatorze arquebusiers et trente mille et onze aventuriers"!...
007Il ne reste que quelques vestiges des châteaux moyenâgeux de la région, mais c'est au Pissot, rive gauche de la Vienne que Gérard Marula est installé depuis 2005 (il se qualifie volontiers de "jeune vigneron"!), dans un petit village de maisons et caves troglodytes surplombant la route de Saumur. Naguère, on dénombrait là cinq foyers et quatre puits et les habitants vivaient en quasi autarcie, pratiquant une polyculture on ne peut plus classique pour la région.
Une compagne, Nadine, artiste plasticienne et angevine, contribue à ce que ses débuts, en tant que vigneron, se fassent chez Jo Pithon, au coeur du Layon. Au cours de ses investigations pour trouver vignes et cave, il rencontre Etienne de Bonnanventure, du Château de Coulaine, qui lui propose de travailler avec lui, à Beaumont en Véron. Cependant, dans son contrat, une clause lui permet d'avoir quelques arpents de son côté. Il commence sur cinquante ares et aujourd'hui, il dispose de trois hectares, surface un peu juste à ses yeux. Il espère trouver bientôt cinquante ares de plus, afin d'arriver à un seuil satisfaisant. Il avoue que les deux derniers millésimes, 2012 et 2013, ont démontré la fragilité économique de son modèle et, pour tout dire, si 2014 devait montrer le même profil, il serait tout bonnement contraint d'arrêter. Certes, sa petite entreprise est dotée d'une bonne souplesse, mais l'hermétisme des banques à son encontre (il n'est pas si "jeune vigneron" que ça, à leurs yeux!) ne lui donne guère d'options possibles. La liberté d'action s'accorde-t-elle avec la loi du marché?... (vous avez quatre heures). Notons que 95% des vins produits par le domaine sont destinés à la restauration (il figure même de façon exclusive, pour ce qui est des Ligériens, sur la carte de quelque étoilé parisien!) et aux bars à vins.
001Le jour de notre passage, Gérard Marula attend la visite de cavistes flamands, mais il ne sait trop où ils en sont de leur voyage, si bien que nous ne pouvons nous rendre dans les vignes. Celles-ci sont situées, pour partie, à Beaumont en Véron, en AOC Chinon, sur des sables éoliens en coteaux, avec très peu d'argile et sur plateau, avec la roche mère affleurante. Le tout, à guère plus de trois kilomètres à vol d'oiseau, mais il faut franchir la rivière et un pont pour gagner l'autre rive, ce qui complique les choses et augmente les distances. Le reste est implanté sur la commune de Lerné, à deux kilomètres environ, en AOC Touraine, sur des argiles et des sols plus vieux, aux confins de l'Indre-et-Loire, de la Vienne et du Maine-et-Loire. Dans ce dernier secteur, avant le phylloxera, plus de 50% des terres étaient en vigne, mais depuis, ce sont les céréales qui dominent, grâce à la généreuse PAC européenne!... Une partie de l'appellation qui s'en trouve délaissée, sorte d'enclave à peine reconnue, alors qu'elle dispose du même cépage dominant que Chinon, Bourgueil, St Nicolas de Bourgueil et Saumur-Champigny, à savoir le cabernet franc, ainsi que du chenin. En blanc, la dernière évolution et les dernières décisions encouragent la plantation de sauvignon, au détriment de ce dernier, avec lequel il n'est plus possible de proposer des vins tranquilles, puisque ce cépage est désormais réservé aux vins de base pour la bulle régionale. De plus, les monocépages en rouge et rosé ne sont plus autorisés. L'AOC Touraine-Coteaux-de-Seuilly, espérée pendant plusieurs années, a finalement été retoquée et les responsables du syndicat tourangeau ont conseillé aux vignerons concernés de se rapprocher de l'appellation Chinon. Ceci est désormais acté et devrait être officialisé en 2016 ou 2017, peut-être avant, au grand dam cependant des vignerons qui ont planté du sauvignon...
marula02La dégustation débute par le fruit d'une nouvelle parcelle, dont 2013 est le premier millésime : Que votre joie demeure, sorte d'hommage à Jean Giono plutôt qu'à Bach. Du cabernet repris en fermage sur Beaumont en Véron et une terre ayant subi les traitements chimiques depuis longtemps. Ceci combiné aux conditions du millésime fait qu'au final, la matière est légère (11°), tout comme la robe du vin, qui évoque davantage, selon le vigneron, "un Tavel d'Eric Pfifferling plutôt qu'un cabernet chinonais!" Quelques précautions ont été prises pour la protection de l'ensemble, mais nous en avons là, néanmoins, un cabernet frais et... joyeux
Fer de lance du domaine actuellement, le Clos de Baconnelle, dans sa version 2012 en AOC Chinon, est doté d'un bel équilibre et d'une expression nette et gourmande, malgré une mise récente. Un clos qui a souvent subi les foudres des participants aux dégustations d'agréments du cru : refusé en 2008, non produit en 2009, suite à la perte d'une cuve, refusé encore pour acescence en 2010 et 2011, malgré des analyses démontrant que le vin est nettement en dessous de la norme, en matière de volatile!... Fermez le ban!...
Le blanc, la cuvée Ange 2011, est d'une extrême rareté puisque jusqu'en 2013, elle n'était issue que d'une vigne de dix ares. A l'avenir, ce sont vingt-deux ares de sols pauvres sur Lerné qui permettront de satisfaire les amateurs, au-delà peut-être des trois barriques produites, en moyenne, annuellement. Souvent, de grosses tensions et en 2011, presque 15° potentiel!... Un vin qui ne pourra qu'honorer bientôt son entrée en appellation Chinon.
008En attendant de pouvoir découvrir, dans d'autres circonstances, ce vin mis en bouteilles en février dernier, le Clos de Baconnelle 2011 montre tout son potentiel de garde, avec une expression sur la puissance, mais gardant une franche originalité. Guère plus de 2 à 3000 bouteilles de cette cuvée sont proposées chaque année, il ne faut guère tergiverser, si vous souhaitez conserver quelques flacons pour l'avenir!... Faut-il rappeler que les cabernets de Touraine ont un potentiel de garde non négligeable, d'autant que le vigneron de Thizay, recherche plutôt la matière, au travers de vendanges assez tardives (fin octobre parfois!), mais en privilégiant une photosynthèse optimale.
En rouge, la gamme se complétait jusqu'à maintenant de deux autres cuvées provenant aussi des argiles de Lerné : Les Gruches et le Haut Midi. Désormais, la seconde disparaît en l'état et 2011 en était le dernier millésime. En effet, Gérard Marula a parfois évoqué, avec ses confrères et ses amis surtout, les relations difficiles avec son propriétaire, qui n'a jamais compris que son fermier refuse l'utilisation d'herbicides en tous genres!... Si bien qu'il a décidé d'abandonner ce fermage sur 1,5 ha, ce qui va impliquer une forme de "restructuration" du domaine, vu la proportion de vignes que représente cette parcelle. Cette cuvée laissera cependant quelques beaux souvenirs aux amateurs, de par sa composition même, puisque issue d'une complantation de cabernet franc, cabernet sauvignon, grolleau et même parfois (accidentellement!) de trois rangs de chenins (10 ares), le tout ramassé en même temps.
005Les Gruches 2010, en AOC Touraine également, est une expression de cabernet franc plutôt singulière, associant complexité aromatique et une certaine forme d'austérité, selon certains. Un flacon que l'on aura plaisir à conserver cependant, histoire de mesurer les conséquences de vendanges particulières : le raisin fut ramassé le 22 octobre, alors qu'un gel survint dans la nuit du 21 au 22, avec pour conséquence immédiate, les difficultés que l'on imagine pour la cueillette matinale (raisins à 3 ou 4°), mais surtout la perte significative de matière colorante.
Singularité. C'est peut-être le premier qualificatif que l'on peut employer pour l'homme et ses vins de Chinon et Touraine. Malgré que, depuis déjà quelques temps, les amateurs, voire même peut-on dire, les fans du domaine soient pluriels. Vigneron singulier aussi, parce que sur Chinon, il est pratiquement le seul à suivre le chemin d'un autre cabernet franc, où le poivron n'est pas la règle. D'autres vignerons du cru, à l'image de quelques-uns de Bourgueil ou St Nicolas, vont-ils suivre ses pas?... Il faut dire que les Chinonais (et certains amateurs parfois) vivent encore avec le souvenir de quelques grands millésimes, comme 1989 et 1990 (je vous parle d'un temps...), dont certaines cuvées de vieilles vignes démontrèrent la grandeur quelque peu épisodique du couple cépage-terroir tourangeau. Oui, parfois, l'ensemble peut être grand. Mais, s'ils sont devenus fans, ceux qui ouvrent parfois les flacons proposés par Gérard Marula, c'est qu'ils ont découvert que le temps ouvre souvent vers d'autres perspectives. Donnez six, huit ou dix ans (parfois plus!) à quelque Haut-Midi ou Clos de Baconnelle et vous intégrez un autre espace-temps, ne pouvant que vous ouvrir les yeux sur ce qu'étaient sans doute, jadis, les cabernets de Touraine et du Pays de Véron. Ne cherchons pas plus loin les raisons qui ont sans doute illuminé Rabelais, lorsqu'il créa les personnages légendaires de Gargantua et Pantagruel!... Et apprécions aujourd'hui comme il se doit les bouteilles de ce "facteur de vins", en relisant, joyeux, quelque récit de bataille des guerres picrocholines.